89 / 100

Depuis toujours je baigne dans la santé, venant d’une famille de paramédicaux & étant moi-même infirmière. Suite à des problèmes de santé, je suis devenue décoratrice d’intérieur écoresponsable, bien-être & santé & consultante en Feng Shui

Contenus masquer

Mettre l’univers de la santé dans la décoration d’intérieur

La santé & la déco: un pari audacieux:

Que l’on soit dans l’univers médicalisé ou chez soi, mais souffrant d’une maladie, le travail de la couleur a un rôle unique à jouer

  • Unique, parce que la couleur est la première perception d’un lieu de vie, qu’elle assure confort visuel et agrément, mémorisation des espaces et repérage des circulations, informations sécuritaires et directives d’utilisation pour tous, visiteurs, patients ambulatoires, patients hospitalisés, personnel soignant, résidents Grand âge, dépendants, déficients visuels, malades Alzheimer, psychotiques…
  • Unique parce que la couleur est un message élémentaire, simple, appréhendable sans intermédiaire, compréhensible par tous les utilisateurs de ces lieux de vie, par tous les malades.

 la couleur confère aux espaces qu’elle révèle la valeur ajoutée de la personnalité, l’esprit du lieu et son caractère, l’ambiance d’un service ou d’un accueil ou d’un logement. Il y a désormais nécessité à user d’une conception contemporaine de la couleur médicalisée. Qu’elle soit purement décorative, créatrice d’ambiances et d’harmonies intérieures, ou sensoriellement influente. Plus proches désormais de leurs utilisateurs, elles intègrent une attention portée aux notions d’ergonomie, confort, environnement, aménagement, mobilier, textile. Couleur symbolique, physiologique, thérapeutique, comportementale, simple ambiançage d’un projet de décoration ou de réhabilitation, repérage des services et des circulations, prévention des risques et sécurisation( comme par exemple avec des patients atteints de la maladie d’Alzheimer).

la pratique de la couleur est tout d’abord, l’adopter en premier lieu pour son message, son influence comportementale, physiologique, symbolique. Puis, pour son apport sur la perception d’un lieu, d’une ambiance, pour le sentiment de bien-être qu’elle procure, à première vue, au premier contact.  La couleur a ce pouvoir de conforter, prendre en charge, faire se sentir bien, rassurer.

Rendre sa maison zen, en bonne santé:

transformer son intérieur en lieu de déconnexion est devenu une véritable nécessité. Stress, anxiété, colère, irritabilité : un rythme de vie effréné nous pousse à rechercher la tranquillité au sein du foyer. Mais encore faut-il adopter les bons réflexes pour aménager ce doux cocon, toutes les tendances déco ne sont pas compatibles avec ce besoin croissant de relaxation. Influencée par les courants zen, lagom, hygge et autres conceptions Feng Shui, la maison déconnectée choisit de se concentrer sur l’essentiel.

Salle de bains

santé, zen
Salle de bain zen

La salle de bains est la pièce du bien-être par excellence. On y passe de plus en plus de temps pour se délasser et s’occuper de soi. On y adopte même les pratiques du spa pour une détente maximale, d’autant qu’il est facile d’improviser une déco relaxante avec de simples plantes ou quelques bougies. Les revêtements de type bois, faïence, marbre, enduit… participent également beaucoup à l’ambiance zen d’une salle de bains. Mais il est aussi possible de s’offrir une douche à l’italienne, une baignoire à fleur de sol, et même pourquoi pas, un sauna ! 

Un air sain dans une maison:

 L’air intérieur, que nous respirons 80% du temps, est jusqu’à 10 fois plus pollué que dehors.

 L’air de nos maisons est nettement plus nocif que celui qui se trouve dehors. Les fautifs ? Les nombreux objets du quotidien qui dégagent en permanence des substances chimiques, des gaz, des perturbateurs endocriniens ou des composés volatils, et le manque de ventilation qui les maintient entre quatre murs. Mais tout n’est pas perdu, il existe de nombreuses astuces à appliquer chez soi pour assainir l’air. Le pointsur les méthodes à adopter grâce aux conseils d’experts en qualité de l’air et aux ingénieurs Dyson. 

Quels sont les polluants dont il faut se méfier dans notre intérieur ?

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les polluants sont nombreux dans les bureaux, appartements ou maisons. “L’air intérieur est composé des polluants de l’air extérieur additionnés à ceux de l’habitat”.La pollution est invisible, mais elle est omniprésente”, avertit même l’ingénieur de chez Dyson. Les équipements de chauffage ou à combustion mal entretenus, comme les chaudières ou les chauffe-eaux, vétustes ou mal réglés, peuvent par exemple dégager du monoxyde de carbone, un composé toxique et asphyxiant à haute dose. Les composés organiques volatils (COV) sont également une source de pollution à l’intérieur. Ils se retrouvent dans les bâtiments neufs ou récemment rénovés, notamment dans la colle ou la peinture.  

Le plomb présent dans les anciennes peintures, l’amiante, la poussière, les moisissures, certains produits ménagers, les bougies et l’encens, les panneaux de particules ou le bois aggloméré ainsi que les VMC ou bouches d’aération encombrées ou sales sont également des polluants nuisibles à l’origine d’effets nocifs sur la santé. On y retrouve également des gaz radioactifs, des gaz inorganiques issus de la combustion, des micro-organismes porteurs de virus et des agents biologiques comme les acariens.” 

Astuce anti-pollution n°1 : aérer quotidiennement et chouchouter l’air

“Nous passons au moins 8h de notre temps à notre domicile, et parfois beaucoup plus dans un bureau fermé”. Le premier réflexe à adopter pour se débarrasser des polluants est donc d’aérer votre intérieur en ouvrant les fenêtres 10 à 15 min matin et soir, et plus longuement pendant les travaux de rénovation ou lorsque vous faites le ménage. En revanche, si votre habitation donne sur une rue où la circulation est dense ou en période de pollinisation, une aération aussi fréquente est déconseillée, au risque d’accroître la pollution intérieure. 

Une VMC opérationnelle et des bouches d’aération saines sont également de bonnes solutions pour renouveler l’air en permanence. Veillez donc à les nettoyer régulièrement ou à les remplacer si besoin. 

Astuce anti-pollution n°2 : entretenir les appareils à combustion

Afin de garder un air sain dans votre intérieur, veilliez à entretenir régulièrement vos appareils de chauffage ou de production d’eau chaude à combustion, comme les chaudières ou les chauffe-eaux, pour que ceux-ci dégagent le moins de monoxyde de carbone possible. N’hésitez pas à faire appel à un professionnel pour accomplir cette tâche. 

Astuce anti-pollution n°3 : opter pour des produits ménagers écologiques

Désinfectants allergènes, désodorisants ou détergents toxiques… Certains produits d’entretien sont loin de rendre les logements plus sains, selon l’ingénieur Dyson. Pour contrer cela, utilisez des produits ménagers écologiques ou contenant le moins de polluants possible. Comment les identifier ? Repérez les étiquettes “émission de COV” qui permettent de déterminer le taux d’émissions dans l’air intérieur, ou des écolabels présents sur certains produits de nettoyage. 

Astuce anti-pollution n°4 : préférer des revêtements moins polluants

Certains matériaux et revêtements polluent l’air intérieur. Entre autres, le contreplaqué ou bois aggloméré, le linoléum et la moquette contiennent de nombreux composés organiques volatils et peuvent dégager des substances nocives comme le formaldéhyde.  

Pour remédier à cela, remplacez les moquettes et le linoléum non naturel par un parquet en bois ou du carrelage, et préférez le bois massif pour votre mobilier.

Astuce anti-pollution n°5 : purifier l’air grâce à des équipements spécialisés

Les purificateurs d’air (à filtres, par photocatalyse ou par ionisation) permettent d’aspirer l’air intérieur pollué, de le filtrer et de rejeter un air plus sain, presque dépourvu de substances nocives, à condition que celui-ci soit adapté à la taille de la pièce. Si ces appareils ont prouvé leur efficacité sur la quasi totalité des particules polluantes, leur performance reste à prouver concernant les composés organiques volatils, plus difficiles à capter. Certains modèles “nouvelle génération” réussissent cependant à capter des particules jusqu’à 1000 fois plus fines qu’un cheveu en un temps record grâce à des filtres ultra performants. 

En revanche, les diffuseurs et sprays d’huiles essentielles posséderaient une efficacité très contestée concernant la purification de l’air, et seraient même à l’origine de plus de pollution puisqu’ils dégageraient des substances chimiques allergènes (COV). 

Astuce anti-pollution n°6 : miser sur des plantes dépolluantes

Si les plantes dépolluantes ne suffisent pas à elles seules à purifier l’air de manière significative, associées à d’autres gestes, elles peuvent aider à rendre l’air plus sain en absorbant certaines substances chimiques et en rejetant du CO2. Pour un air plus pur, il faudrait compter une plante verte de taille moyenne pour 10 m2. 

Ainsi, le ficus permettrait de venir à bout du formaldéhyde présent dans l’air intérieur et de la fumée de cigarette, la fougère ferait des miracles contre les substances émises par les produits d’entretien et l’aloe vera réduirait la présence de monoxyde de carbone. La calathea et les chrysanthèmes seraient également efficaces pour purifier l’air ambiant. 

Astuce anti-pollution n°7 : surveiller le taux d’humidité dans l’air

Un taux trop élevé d’humidité dans l’air, plus de 60% , offre un terrain privilégié pour les acariens, les bactéries et les champignons. Si l’humidité peut être mesurée grâce à des petits indicateurs électroniques, les logements trop humides sont facilement reconnaissables par la présence de moisissures ou de peinture murale qui s’écaille. Que faire dans ce cas ? Il faut tout d’abord identifier si une source d’humidité problématique n’est pas à l’origine de vos ennuis (fuites, mauvaise isolation, infiltrations, etc) et y remédier. Si aucun sinistre n’est à déclarer, pensez simplement à aérer après avoir pris une douche ou un bain, après avoir cuisiné ou pendant que vous faites sécher votre linge (l’idéal étant de le faire sécher en extérieur). Vous pouvez également avoir recours à un déshumidificateur d’air qui fera chuté le taux d’humidité dans votre intérieur. 

Un taux trop bas d’humidité, en dessous de 30% , peut également avoir des conséquences néfastes sur la santé et la qualité de l’air intérieur. Le principal fautif d’un air trop sec et le chauffage : pensez à ne pas surchauffer votre appartement ou votre maison en maintenant une température ambiante d’environ 19 °C dans les pièces à vivre et de 17 °C dans les chambres. Il existe également des humidificateurs d’air permettant de rétablir un taux d’hygrométrie normal.  

Astuce anti-pollution n°8 : éviter les combustibles en intérieur

Vous pensiez purifier l’air de votre intérieur en allumant une bougie parfumée ou en faisant brûler de l’encens ? C’est tout le contraire ! Ces combustibles libèrent des substances polluantes comme le benzène ou le formaldéhyde. Evitez-les donc chez vous ou si vous tenez vraiment à parfumer votre intérieur, pensez à aérer copieusement la pièce. De même, bannissez la cigarette en intérieur ou pensez à fumer avec les fenêtres grandes ouvertes. 

Etre bien pour travailler à la maison:

Travailler chez soi a son lot d’avantages & d’inconvénients aussi: Réussir à aménager un espace de travail à la maison, trouver la motivation de s’y mettre, travailler dans de bonnes conditions malgré la présence des enfants par exemple, ou encore dissocier vie personnelle et vie professionnelle, savoir aussi rester en bonne santé.

Quelques conseils:

  • Commencer par définir l’emplacement du coin bureau, de préférence à l’abri du bruit et des activités familiales pour assurer une concentration idéale. Il est d’autant plus facile de s’y mettre si cet espace de travail est agréable à vivre et confortable. Soigner la décoration ou encore le confort du fauteuil de bureau. Vient ensuite l’aspect organisationnel : se fixer des horaires et les respecter, gérer les priorités, s’octroyer des pauses régulièrement et bien sûr savoir déconnecter une fois la journée de travail terminée. Certains n’ont pas forcément la place d’aménager un vrai bureau, dans ce cas, prévoir un emplacement dédié dans la pièce de vie ou dans la chambre par exemple. Cela peut être dans un angle, dans un renfoncement délaissé ou devant la fenêtre. Et une séparation symbolique est toujours la bienvenue : un meuble de rangement, un paravent et pourquoi pas un rideau, suivant la configuration de l’espace.  
bureau, décoration d'intérieur
Bureau dans une chambre (crédit pixabay
  • Créer une ambiance propice à la concentration : La décoration participe pour beaucoup à l’atmosphère de votre espace de travail. Pour ne pas divaguer mais plutôt se concentrer, privilégier une décoration sobre, certainement pas surchargée au risque d’encombrer l’espace et de perturber la concentration. Des couleurs claires sont recommandées, particulièrement si le coin bureau est petit. Opter pour quelques tableaux, photos et plantes d’intérieur, ces dernières permettant d’oxygéner la pièce. Miser aussi sur un éclairage adapté, ni trop fort ni trop faible, pour ne pas fatiguer les yeux, tout en plongeant l’ambiance du bureau dans un écrin chaleureux.
  •  Choisir du mobilier confortable : La clé pour bien travailler c’est aussi d’être confortablement installé. Ne pas lésiner sur le confort de l’assise en particulier. Privilégier un fauteuil pivotant, avec des accoudoirs par exemple, et un rembourrage ferme mais pas trop. Dans la mesure du possible, choisir un bureau suffisamment large afin de pouvoir travailler correctement sans pour autant s’éparpiller. L’écran de l’ordinateur doit aussi être ergonomique pour éviter la fatigue visuelle. Penser aussi aux espaces de rangement, installés à proximité.  

Séparer vie personnelle et vie professionnelle

En temps normal, la coupure paraît évidente. Seulement en travaillant de chez soi, difficile de ne pas se laisser déborder, voire envahir, par les tâches professionnelles, et inversement. Nécessaire à l’équilibre de chacun, cette séparation doit être respectée, en suivant ces quelques conseils.  

  • Définir des adresses professionnelles : Entre les mails professionnels, les démarchages, les notifications à tout va, nous sommes généralement sur-sollicités. Une fois la journée de travail terminée, il est plus aisé de mettre de côté l’aspect professionnel si aucun appareil ne vient à nous le rappeler. Mieux vaut donc créer une adresse mail professionnelle et souscrire à une ligne téléphonique 100% dédiée. Si cela n’est pas possible, décrocher de son téléphone en soirée reste la meilleure option.  
  • Imposer le cadre de travail : En travaillant à la maison, il est tentant pour les uns et les autres, famille ou amis, de nous solliciter à longueur de journée. Inutile de dire que cela perturbe la concentration et l’efficacité… Pour y remédier, fixer les limites auprès de l’entourage en précisant bien ne pas être disponible sur les heures de travail. Ou encore en coupant les notifications provenant des messageries instantanées ou des réseaux sociaux
  • Observer une coupure les soirs et les week-ends : Si les limites sont posées vis-à-vis du cadre familial, il en va de même du cadre professionnel. Les sollicitations des collaborateurs ou clients doivent cesser à partir d’une certaine heure, fixée par vos soins. L’amplitude horaire peut être plus ou moins vaste, suivant l’urgence de la situation. L’idéal étant une déconnexion totale le soir venu et les week-ends. 

Savoir organiser son temps de travail

En l’absence de collègues pour nous motiver à travailler, difficile parfois de trouver la force de s’y atteler, et de tenir sur la durée. Fixer un cadre de travail, gérer les priorités ou encore ne travailler qu’aux moments de pleine efficacité, voilà autant d’astuces pour réussir à télétravailler sans accroc.  

  • Respecter des horaires de travail : Il pourrait être tentant de se laisser aller à la grasse matinée, mais gare à la culpabilité et à l’inefficacité. En s’imposant un rythme de travail avec des horaires fixes et précis, il est plus facile de travailler à la maison dans de bonnes conditions, tout en suivant celui des collaborateurs ou des clients. Veiller aussi à enfiler une tenue de travail adaptée, au cas où une vidéo-conférence de dernière minute serait organisée.  
  • Repérer son pic d’efficacité : L’efficacité, la concentration, varient généralement d’un individu à l’autre et suivant les moments de la journée. S’il est communément admis que la productivité est à son paroxysme tôt le matin, certains sont plus efficaces en fin de journée. A vous de moduler l’organisation du travail en fonction de ces paramètres. Si une baisse de concentration se fait sentir en début d’après-midi, veiller à réaliser des tâches peu coûteuses en attention (traitement des e-mails, rendez-vous téléphoniques, etc).  
  • Gérer les priorités : Suivant l’étendue du planning sur la semaine, il peut être intéressant de réaliser la fameuse to do list du jour, rédigée la veille pour le lendemain, pour s’assurer de finir chaque tâche dans le temps imparti. Si vous avez tendance à sous-estimer le temps nécessaire à l’accomplissement de votre travail, prévoyez 50% de temps en plus pour chaque action. Et si vous finissez en avance, cela vous permet de gérer plus sereinement les imprévus.  

Le Feng shui afin d’avoir plus de bien-être chez soi

Le Feng shui est la médecine de la maison, Cette discipline ancestrale chinoise a pour objectif de fluidifier la circulation de l’énergie positive (Chi) dans son environnement, et en l’occurrence, dans son espace de vie. Ainsi, sur le même principe que le Yin et le Yang – des énergies contraires mais complémentaires -, lorsqu’une pièce de vie est trop sombre (Yin), on y apporte de la lumière (Yang), lorsqu’elle est trop encombrée (Yang), on y apporte de l’ordre (Yin), etc. En d’autres termes, cet art de vivre favorise le bien-être dans son habitation. Le Feng Shui – qui se traduit littéralement par vent et eau – aide les individus à vivre en harmonie avec leur environnement et à maintenir aussi la bonne santé des habitants de la maison. Cet art millénaire chinois est devenu populaire dans le monde occidental. Au point d’en adopter la technique d’aménagement et de décoration dans nos logements. Relativement simple à mettre en place, le Feng Shui est censé améliorer notre qualité de vie par la bonne circulation de l’énergie positive dans nos pièces. Réussir à trouver un équilibre entre les couleurs, la luminosité, les formes et les matières fait partie des bases

La décoration et notre santé mentale:

La décoration influence souvent notre santé mentale sans qu’on s’en rende compte. Cette idée n’est pas nouvelle dans le milieu des psychanalystes. Il faut donc commencer à faire plus d’attention à notre bien-être.

Redécorer un appartement n’est pas une tâche difficile, mais la refondre pour refléter la personnalité de l’occupant l’est. Favoriser une excellente santé mentale grâce à des changements ergonomiques dans la maison peut être un peu difficile sans l’aide professionnelle en décoration intérieure. Néanmoins, ces astuces simples devraient pouvoir vous aider à transformer votre maison en un havre de positivité.

Le choix de couleurs comme décoration thérapeutique

Les couleurs de la maison jouent un rôle spécial sur notre subconscient. Les couleurs verte et bleue abaissent la tension artérielle et favorisent le calme, tandis que le rouge augmente la concentration sanguine et le flux sanguin. Ce dernier peut être utilisé pour ajouter de la chaleur et une sensation intime à une pièce.

le jaune, l’orange et le vert stimulent la communication, les nuances sombres de violet et de bleu profond créent une sensation mélancolique. Les nuances plus chaudes de jaune et d’orange évoquent une sensation apaisante et relaxante, surtout lorsqu’il y a suffisamment de lumière naturelle dans la pièce. Cependant, l’absence de couleur peut nuire à la santé. Le noir ne doit pas être utilisé comme couleur primaire, mais seulement comme accent sur les endroits où l’attention doit être attirée.

Décoration pour une bonne santé mentale

Les pastels ne se démoderont jamais. Vous pouvez colorer les murs en blocs en choisissant une teinte plus brillante pour compléter un mur d’ombre pastel. Le bleu est une couleur qui correspond bien à la paix mentale. Donc, si vous avez déjà des murs bleu poudré clair dans votre chambre, pensez à transformer le mur opposé à votre lit en une nuance plus profonde de bleu. Il ajoutera immédiatement une sensation de profondeur et de confort à l’espace.

Le choix des couleurs dépendra de l’écoulement naturel de la lumière, des meubles dans la pièce et de leur fonction. Il peut y avoir des éléments dans la maison qui reflètent la lumière du soleil. Rien ne peut remplacer la lumière naturelle qui est un facteur de bonne santé mentale. La lumière artificielle peut réduire l’humeur et l’énergie, ainsi que la concentration. Par conséquent, vérifiez toujours auprès d’une entreprise d’architectes d’intérieur recommandée avant de choisir une couleur pour votre chambre.

Evitez l’handicap mental en investissant dans le revêtement de sol

Des études montrent que les sols plus foncés ont un meilleur impact sur la santé mentale. Vous pouvez ajouter un tapis hirsute en gris clair ou vert clair pour ajouter un élément de nature dans la pièce. Les éléments en bois contribuent à la force mentale et à la croissance personnelle. Par conséquent, essayez de supprimer l’espace négatif de la disposition des meubles. L’élimination de l’espace mort élimine l’énergie négative d’une pièce. Évitez de placer des meubles de style directement contre le mur.

Créez un sentiment d’espace pour une bonne santé mentale

L’ajout de tapis colorés, de séparateurs de pièce en bois sculpté, de rideaux transparents et de séparateurs en bambou naturel améliorera la séparation de l’espace sans restreindre le flux naturel de lumière et d’air. La libre circulation de l’énergie dans les pièces est essentielle pour favoriser une énergie positive. La perception spatiale n’est pas un nouveau concept. Pourtant, lorsque vous ajoutez une simulation d’environnements naturels pour créer cette idée, cela change complètement le milieu.

Trop de décoration peut causer une maladie psychique

En suivant cette idée, la règle d’or de la décoration est que le troisième œil n’aime pas s’agglutiner. Il a été scientifiquement prouvé que le regroupement provoque des émotions négatives et peut abaisser l’humeur et l’énergie. On pense que les articles doivent être disposés de manière harmonieuse et non symétrique. C’est la raison pour laquelle le « minimalisme » est devenu très populaire pendant les dernières années. Ce courant est né en réaction à la société de consommation. Un surcharge de décoration peut avoir une influence négative sur notre santé mentale.

La personnalisation de l’espace est un élément important de l’expression de l’identité de chaque personne. C’est bien de choisir des meubles qui ont bon goût, mais c’est bien de les coordonées dans des couleurs chaudes. Les objets en verre, miroir (en Feng shui, le miroir est important) ou cristal rendent l’atmosphère beaucoup plus détendue.

Les plantes dans la déco:

Les plantes peuvent changer considérablement l’humeur d’une pièce. Mis à part les séparateurs en bambou, vous devez penser aux palmiers en pot et aux plantes grimpantes oxygénantes. Organisez des petits jardins d’herbes près de la fenêtre de la cuisine et mettez des plantes suspendues dans le salon. Le placement intelligent des plantes peut changer l’apparence et la sensation de votre maison en ce moment. Comme vous devez déjà savoir que certaines plantes sont les meilleurs purificateurs d’air naturels, il n’y a probablement aucun mal à en garder quelques-unes, bien qu’elles nécessitent un peu de nettoyage, d’arrosage et d’élagage. Suivant plusieurs statistiques, on pense que les plantes améliorent la mémoire et réduisent le niveau de stress.

Le désordre joue aussi sur notre santé:

La propreté a également un effet psychologique, car les surfaces propres ont un effet positif sur l’humeur. Au contraire, l’accumulation de poussière sur les objets peut supprimer et provoquer des irritations, ainsi que des allergies. Le désordre nous rend nerveux et stressé, puisque notre subconscient est préoccupé avec tous les objets qui nous entourent. En Feng Shui le désencombrement est important.

Il s’avère que l’esthétique et la décoration intérieure d’une maison ont une grande influence sur la santé mentale de l’occupant. Certaines personnes pensent que c’est la taille d’un appartement, tandis que d’autres pensent que c’est la disponibilité d’un jardin devant leur maison. L’immobilier pourrait avoir quelque chose à voir avec le Feng Shui, mais sa contribution à la santé mentale est hors question.

1-La santé dans la décoration d'intérieur 3